«CONDAMNES A RÉUSSIR» LE LIVRE VAUT-IL SON SUCCÈS?

Ba Sogha ! (Bonjour en Nzébi)

En ces temps « coroneux », oui une touche d’humour en cette période sombre, j’ai assez de temps libre et j’ai décidé de l’utiliser pour encore plus me centrer sur moi et le livre « Condamnés A Réussir » de Iselle Akwe est sorti je dois dire au bon moment…juste avant que tout ne prenne une tournure compliquée !

Déjà vous l’avez sûrement remarqué ici je ne suis pas, en réalité plus, très lecture et ce je vous l’avoue à cause de mon attrait certain pour les écrans depuis mon adolescence mais bon bref nous ne sommes pas sur un canapé où je dois vous raconter les frasques de ma vie. Pour vos enfants, privez-les d’écran il y a tellement à découvrir dans certains livres.

Lancé officiellement le vendredi 13 mars dernier, c’est après le passage de l’auteur dans une radio de la place le mercredi avant, que je me suis dit qu’il fallait obligatoirement que je sois à la présentation de ce livre pour rencontrer la femme qui est derrière l’œuvre qu’elle décrit comme une œuvre qui parle de réussite comme plein d’autres mais qui se démarque par le fait qu’il s’adresse aux africains pour le développement de l’Afrique en abordant les réalités africaines auxquelles font face les entrepreneurs du continent. Autant vous dire que la présentation était aussi convaincante que son passage en radio. En plus une mughetu qui est aussi persuasive et décide d’impacter son environnement positivement nous au village on aime.

Certaines images n’auront rien à voir avec la chronologie de mes écrits mais ce sont des passages que je voulais vous partager

« On parle souvent de « réaliser son rêve ». Le risque ? Rêver rime un peu trop avec rêvasser. Je ne rêve jamais. Ce que je dois faire, je le vois les yeux grands ouverts ».

C’est avec cette phrase forte que le livre démarre autant vous dire que ça ouvre l’appétit pour une très grande pointue comme moi et ça m’a direct boostée pour découvrir le reste. Je ne vous parlerai pas tous les 8 chapitres, mon objectif n’est pas de vous spoil l’œuvre mais de vous parler brièvement de la particularité de quelques-uns.

Dans 2 chapitres, elle aborde l’échec, oui l’échec ! Il est très important d’en parler et c’est dommage que notre société nous fasse croire qu’il ne faut pas en parler pour faire croire aux facilités.

Oui vous allez le remarquer avec quelques images que je marque ce qui m’intéresse et en plus je commente krkrkrkrkrkr!

Dans le Chapitre II, elle nous parle du fait que ce qui cause le plus d’échecs des entreprises en Afrique c’est le fait qu’on manque de vision claire

« Pourquoi la matérialisation de notre vision est-elle faible ?»

«La raison principale est qu’en tant qu’entrepreneurs, nous définissons encore trop souvent la vision comme ce que nous voulons obtenir pour nous-mêmes. »

 Le « nous-mêmes » est en italique parce qu’au fil du chapitre Iselle explique avec des exemples clairs que la vision n’a rien avoir avec nos souhaits, qui font partie de notre ambition mais plutôt à la mission de notre projet pour notre environnement. Elle nous dit que « la vision est synonyme de mission », une qui a pour objectif de transformer notre environnement ou encore « Là où on parle de vision, on parle d’héritage », qu’avons-nous à offrir aux générations futures ? Je vous laisse répondre à cette question et si vous lisez le livre je suis sûre que ce chapitre va remettre en question toute votre vision de votre projet comme moi et au fil de ma lecture je me suis rendue compte que ce livre est à étudier et non juste lire comme une énième histoire.

Chapitre III, Iselle Akwoue nous donne quelques clés pour surmonter l’échec, d’ailleurs au début de celui-ci elle nous décrit les « dark times », ces temps sombres par lesquels on est tous (oui moi aussi, vous n’avez pas idée) passés et même certains sont à l’intérieur en ce moment.

« C’est alors qu’il faut entamer le processus d’introspection, pour identifier comment repousser cette limite. Qu’il faut être aussi être conscient que nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir, mais qu’une partie sera toujours incontrôlable, comportant des issues parfois bienheureuses de d’autres fois moins. »

Les « dark times » sont inévitables, et heureusement lire qu’une autre est passée par cette période trouble où on a pensé à tout arrêter, que tous nos efforts ne valaient finalement rien… C’est triste mais on passe tous par-là, si ce n’est pas votre cas, je prie que les quelques ligne qu’Iselle nous partage pour y faire face vous aideront pour tenir.

Le Chapitre que je vous recommande vivement c’est le 4 ! Ohlala ! C’est une énorme révélation ! « Les valeurs, fondement de réussite ! » le titre de celui-ci n’en dit pas assez de son contenu.

« Vos valeurs sont ce qu’il y a de plus précieux à votre homme intérieur, avant d’être ce que vous avez en commun avec un groupe »

Dans ce chapitre, elle pose des questions existentielles auxquelles je me suis fait un plaisir de répondre, et le faire m’a permis de me recentrer sur la personne que je suis, sur ce qui me différencie des autres femmes et surtout des autres blogueurs locaux et même à l’international. Je me suis sentie bien de ma différence, de ne pas faire comme les autres par suivisme ou juste parce que c’est à la mode. 

Je termine avec le 5e, il parle du caractère que nous devons avoir en tant qu’entrepreneurs.

« Le caractère est la totalité de qui vous êtes. »

« Le caractère est une empreinte que vous laissez sur votre passage. »

Ces deux phrases sont brèves mais avec les explications contenues dans le livre vont vous faire comprendre quel caractère il faut avoir et d’ailleurs elle nous partage que le caractère est ce qui nous permet aussi de faire le tri dans nos relations, « recherchez plutôt ces relations qui vous édifient ; il vaut mieux avoir trois amis dont la compagnie vous inspire et vous donne envie de donner le meilleur de vous-même, que cinquante personnes qui ne vous appellent que parce qu’elles ont besoin de quelque chose de vous, ou pour se plaindre. Réussir dépend aussi de votre prise de décision de qui vous souhaitez réellement avoir dans votre entourage, quel est le témoignage de votre cercle le plus proche ? ». Après avoir lu ce passage je me suis sentie bien…plus que bien même… J’ai passé des mois à me demander si c’est moi qui me comportais mal, avec les femmes et mêmes avec les gens autour de moi. J’ai beaucoup de mal à être proche des personnes avec qui je ne partage pas les mêmes réalités et surtout avec les femmes avec qui il est clair que je ne partage que trop pas la même vision de la vie d’une femme africaine en 2020. Ça ne veut pas dire que je n’ai pas d’amis han ! krkrkrkrkrkrkr ! Juste que je connais où se trouvent les limites de mes conversations avec certaines personnes. Certains me trouvent bizarre mais je respecte ça.

Là c’est juste ce que j’ai écrit, il y a aussi des notes vocales dans mon téléphone! Tout ça pour vous dire que ce livre ne m’a pas laissée indifférente!

Après avoir parcouru ce bel ouvrage, je suis heureuse que ce soit une femme qui l’ai écrit et ait décidé de partager son expérience. Malheureusement, une partie de moi a besoin d’une autre femme qui parle du côté moins contrat de la réussite pour parler de la difficulté qu’une femme africaine a de faire des affaires dans un milieu très masculin, de comment une femme répond au multitasking à la maison mais aussi en entreprise. Mais il ne faut pas aussi trop en demander à une seule personne.

Iselle Akwoue, merci d’avoir pris du temps pour partager cette expérience, merci surtout pour les questions que tu m’as aidé à me poser pour mes activités et peut être mon entreprise future. Et pour ceux qui ne la connaissent pas, elle est analyste contrat, consultante-formatrice, CEO du cabinet A.K Consultants et Mentor pour le Programme d’Entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu

C’est une belle femme n’est-ce pas? lol restez concentrés elle est mariée et on est pas là pour ça!

Je vous recommande ce livre, il est à 10 000 FCFA, et pour le rapport qualité prix, je trouve que ça va. Il y a du travail, de l’information mais surtout de la réflexion derrière et pour le bien que ce livre m’a fait je dis merci à Josiane Maténé qui me l’a offert. Ces 8 chapitres, ne sont peut-être pas assez pour simplement réussir mais là vous avez des clés qui vous permettront de vous recentrer et de nettoyer votre chemin vers la réussite pourquoi pas. Ce sont mes impressions après lecture et je vous invite à vous faire les vôtres. Et d’ailleurs elle a commencé à nous Baghetu de continuer à partager nos expériences pour permettre à d’autres femmes de savoir que c’est possible. On donne un joli 9 coris/10 à cette expérience partagée.

C’est tout pour cette résurrection de la rubrique DIMBU’S LIBRARY, qui sait avec ce temps j’ai tellement rien à faire je vais surement vous partager d’autres découvertes que j’avais la flemme de mettre en écrit. Je vous laisse avec quelques selfies de la soirée de lancement.

Bisou là-bas et lavons nous les mains au savon vivants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s