L’Incruste A La Master Class de NEGRATTITUDE

Coucou,
Le village est toujours bien posé sur la terre natale.
Après les mannequins c’est au tour du Tam-tam de se perfectionner et on l’a découvert lors de notre Incruste du 16 au 21 avril du côté de l’institut français. Il s’agissait de la 2 édition de la Master Class organisée par NEGRATTITUDE.

• Lundi 16 Avril – Day 1

Arrivée à 18:24
J’entre dans la salle 100 et je découvre l’artiste Ba’Ponga, notre professeur, qui parle d’Art Performance, de concept ou d’univers accompagné d’une petite présentation de la Master Class à laquelle les jeunes artistes ont décidé de participer. On compte la présence de NG Bling, BOB DAN, Lord Helkass, BIG ROW, MOON et d’autres artistes pas encore très connus.

Après ça on commence directe avec la base administrative. On nous distribue un contrat.

Un contrat de Cession de droits d’exploitation de spectacle. Dans lequel on retrouve les conditions entre organisateur et artiste. Ba’Ponga nous partage des expériences pour prévenir les artistes de certains détails des contrats entre artistes et organisation surtout avec « l’after ». On rigole on est détendu. Très belle personnalité que nous découvrons.

Après nous avons parlé du RIDER dans lequel on trouve la fiche technique. Pour les artistes mais surtout les managers, il s’agit d’expliquer avec précision ce qu’il y a sur scène pendant la prestation, la présentation du temps de scène, avec le nombre de morceaux, durée approximative, le matériel détaillé dont l’artiste a besoin, etc.
En plus de la fiche technique on trouve aussi le Catering: tous les besoins de la mise à l’aise de l’artiste.

• Mardi 17 avril – Day 2

J’arrive à 18h et on parle de la fiche technique, de ce que doit contenir celle-ci mais aussi des réalités de terrain comme le fait qu’en fonction de son rang un artiste peut ou ne pas bénéficier de certains avantages. Franck  au fil de l’échange, a aussi expliqué aux participants que l’industrie de la musique est évolutive et que certains artistes des années 90 par exemple sont passés par des combats dont seuls ceux de la nouvelle génération bénéficient. De même que les mauvaises expériences de certains ont donné des leçons.

« On doit être puissant administrativement »

une phrase qu’il utilise pour pousser les participants à faire de la musique gabonaise une industrie comme ailleurs.

La musique paye-t-elle ? Une question abordée par Ba’Ponga qui nous conseille de devenir des marques de telle sorte à ce que l’artiste ne vive pas seulement des prestations mais aussi de tout l’univers qui peut-être créé autour de lui avec son équipe.
« Devenons des marques! », dit-il pour appuyer ses propos. Au fur et à mesure je me sens enrichie avec l’échange et je me rends compte que j’ai bien fait d’être là.

A 19h, nous passons à une étude d’une fiche technique réelle qui nous permet de voir de manière pratique les détails à fournir dans le Rider.

IMG_20180417_194619[1]

Avant de se séparer pendant que nous échangions, notre prof de l’occasion a tenu à sensibiliser nos artistes sur les photos avec les tables remplies de bouteilles parce que l’image est très importante.

• Mercredi 18 Avril – Day 3

IMG_20180418_171526[1]
L’Institut Français bondé, je retrouve les participants et Ba’Ponga autour de la table entrain d’échanger sur les réalités de l’artiste gabonais.
17:30 nous voici au jardin de l’institut pour quelques cours sur les réalités de scène.

IMG_20180418_173819[1]IMG_20180418_175011[1]IMG_20180418_175130[1]
Ensuite nous rentrons à l’arrière de la scène de la salle 400. Notre visite commence par le dépôt où il y a tous le matériel son, lumière . Boz, GBL, poursuite, flycaisse,… En même temps la semaine du théâtre se prépare sur scène.

IMG_20180418_175343[1]

IMG_20180418_175434[1]
A l’intérieur du dépôt
IMG_20180418_175919[1]
Visite des loges de l’Institut Français
IMG_20180418_180925[1]IMG_20180418_182603[1]IMG_20180418_182819[1]

Après la visite guidée de la salle 400, on se retrouve au café à l’extérieur pour échanger sur les besoins du staff. Réalités des featuring par exemple, certains détails ne sont pas souvent respectés ou maîtrisés par les artistes gabonais. Il explique comment se faire de l’argent et les stratégies. On aborde aussi les conflits entre un artiste et son staff. Le non respect de la chaîne quand l’argent arrive. Problème d’égo. Le mécanisme. Les réalités de la diapora, le manque d’échange. Tant d’aspects qui empêchent d’avoir le game réel au Gabon. Et c’est sur cette touche que nous terminons cette troisième journée.

• Jeudi 19 avril – Day 4

IMG_20180419_183654[1]
Il est 17h et la session du jour commence par la définition de la performance scénique. Ba’Ponga explique l’importance de la préparation avant scène. L’importance de se préparer pour un artiste. Une performance qui demande aussi une hygiène de vie, avoir le sens du sacrifice pour la garantie de meilleures performances scène après scène.
« Chaque scène pour vous doit être une performance « , une phrase qu’il utilise pour nous faire comprendre que même la plus petite scène n’est pas à négliger.

On démarre avec la gestion de l’espace en apprenant comment se placer sur scène, la place de l’artiste, des danseurs et même celle des instruments. Nous avons appris à utiliser l’espace et à ne pas rester figé pour faire profiter à tout le public d’une prestation.

Nous avons appris que « dans la performance scénique rien n’est fait au hasard », ce qui veut dire qu’une scène est réfléchie et travaillé à l’avance.

• Vendredi 20 Avril – Day 5

IMG-20180503-WA0025
C’est dans la salle 400 que nous retrouvons Ba’Ponga devant un stand Mic. On part sur un test. Les participants qui ne chantent pas habituellement sont appelés sur le scène.

IMG_20180420_180341[1]
BOB DAN
IMG_20180420_180815[1]
Lord Helkass
On commence avec « petit papa Noël » on a bien ri franchement, surtout avec un Lord Helkass qui n’était pas à l’aise avec la chanson. Ensuite une récitation de Notre Père.
Ba’Ponga remonte sur la scène et nous explique que l’exercice consistait à évaluer la tenue du mic de chacun. Qu’il soit uni ou multidirectionnel, comment le tenir.

Deuxième exercice: chacun vient nous partager un couplet d’un de ses titres en acapella. Il s’agissait d’apprendre à partager l’émotion, le rythme, dans un moment acapella. Le rythme on ne le trouvait pas chez tout le monde, ou très peu. Peut être parce que trop habitués au play-back ou au semi-live, nos artistes n’ont pas la maîtrise de ce détail pourtant très important.

• Samedi 21 avril – Day 6
Dernier jour de la Master Class ! La semaine est vite finie mais elle a été riche en connaissance.
On arrive en salle 100, la familiarité est déjà là entre tous les participants.
On démarre un peu après 17h avec un passage sur scène où des participants désignés devaient résumer chacun à sa manière la Master Class en appliquant ce qui a été enseigné comme la tenue du mic et la gestion de l’espace, etc. devant 4 participants désignés comme le jury.

IMG_20180421_180215[1]
NG Bling en plein dans l’exercice

Ba’Ponga me désigne aussi même d’ailleurs ! Et là je suis terrifiée ! Pas que j’avais pas les aptitudes mais quand même c’était pas prévu. Je monte après Fidji et Bob Dan, je passe, beaucoup stressée je décide de pas trop bouger.

IMG_20180421_180843[1]
Après le passage de tout le reste, le jury désigné, composé de Anthony, Milles Vues, Lord Helkass, commence à donner les impressions sur chaque passage. On tombe sur moi et bien évidement le problème de gestion de scène.
Après tout ça, Ba’Ponga, reprend la scène et nous fait remarquer qu’on a pas réussi l’exercice comme il le fallait. Comme le jury, il détaille ce qui n’allait pas chez chaque participant.

IMG_20180421_182436[1]
Sur scène apprendre à ne pas être à 100%, prendre du recul, souplesse, dextérité.

19h, c’est le moment de parler de gestion du temps de scène et du public.
On passe un exercice où on liste les artistes qui doivent faire une sélection de 8 titres  qui doivent être bien placés pour garder le public en haleine. Le but de l »exercice ici était de développer un esprit d’analyse du public pour savoir quel effet on veut donner à la fin.

Après ça on aborde la question de ce qui freine l’industrie de la musique gabonaise.
Le fait qu’on organise pas nous mêmes les shows, la peur de prendre des risques et le problème de rester focalisé sur Libreville.

Après ce dernier exercice un dernier échange entre nous, dans lequel on a un Ba’Ponga qui s’est exprimé avec beaucoup d’émotion sur le fait qu’il y a pas vraiment de soutien entre les acteurs du game. Son objectif: que ce qu’il a enseigné pendant cette Master Class et même la précédente se propage à travers les artistes du pays.

IMG-20180503-WA0097

Pour ma part, avec tout mon bouloilou, je pense que j’ai beaucoup appris surtout le côté administratif qui est beaucoup trop pris à la légère. En tant que journaliste, j’ai appris que les artistes sont fatigués des média qui ne font pas leur travail assidûment au Gabon comme dans d’autres pays où le professionnalisme n’est pas seulement une légende. J’ai aussi appris que les artistes, surtout ceux qui sont les plus en vue sont ceux qui manquent souvent de pratique dans leur art. Enfin… Je le savais déjà mais la réalité est plutôt dérangeante.

Du concept à la gestion du public, j’ai appris que ce qui nous rend professionnels c’est la préparation, le travail fait avant la scène qui garantit une performance. Je conseille vraiment à tous les acteurs de la musique gabonaise à participer à ce programme. Pour cette deuxième édition, le fait que l’on ait retrouvé des artistes qui font déjà la scène ça prouve que certains sont assez humble pour venir apprendre pour s’améliorer.

Malgré le fait qu’il manquait la pratique pour ajouter à la théorie que nous avons acquise, le village offre 8 coris/ 10 à cette Master Class et vous invite à participer à la prochaine édition.

Restez toujours connectés au village pour d’autres incrustes au village du bouloilou. La bise.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s