En Attendant L’Emergence De Lestat XXL: Découverte Du Tam-Tam

Bienvenus dans le Tam-Tam du Village du Bouloilou. Ici on parle de musique des Coups de Tam-Tam aux Grincements de Dents.

Aujourd’hui on découvre l’album de Lestat XXL. Nommé En Attendant L’Emergence. Ouais! Direct on se dit ça sent direct les textes dirigés contre le pouvoir en place au bled dont le slogan favori est « L’Émergence ». Du moins avant de l’écouter je me disais: « là le grand est encore venu faire tout péter! » Mais après une première écoute avec un de mes frères qui est fan de lui ce dimanche, j’ai eu une perception différente. Donc obligé je devais faire mon Bouloilou dessus.

Sorti le 6 avril dernier, c’est un album de 23 titres dont 4 interludes. Après une décennie, il nous devait bien ça.

29793052_2110234118992855_5148859565454848525_n

Regardons un peu ce cover. Moi c’est l’effet vielle photo qui me parle. Je ne sais pas si c’est parce qu’il est un des cassiques du Rap Gabonais mais le cover attire vraiment mon attention et j’espère dans une interview vidéo la décortiquer avec lui. En attendant, on va parler des coups de tam-tam du Village.

On commence avec En Attendant l’Emergence (EAE) le titre est comme on si attend: un état des lieux de la situation gabonaise sous la gouvernance de « l’Emergence » qui n’est plus à présenter. Doucement on avance et on parle du statut d’Opposant que nous confère toute critique ou observation de citoyen dans un pays où on a peur et où tout le monde est défaitiste, pourtant légitime; ce qui tue encore plus des paroles c’est le beat. Vue la situation, il faut forcément être « waze » (malin) , chercher son « do » (argent en argot gabonais) pour se garantir une stabilité sinon on est Mort En Guerre. Et là vient le titre DBRG c’est le titre que je voulais le plus écouter parce qu’en feat avec Tris ça fait un mix de rap trop high mais bon la prod m’a beaucoup plus plu; ce style rap old school est juste trop bien on retrouve un peu le Lestat sur le style sur lequel on l’a apprécié et oui « Ça m’a manqué d’écouter du bon rap Gabonais ». Dans notre pays on ne peut pas faire un état des lieux sans rentrer dans le domaine affectif, l’amour entre hommes et femmes avec des titres comme comme le Le A de la nga portrait de la femme indépendante qui se manage et qui ne se concentre pas sur les hommes; d’autres titres comme Ma Femme ou encore Le Mari qui montre à quel point les déceptions poussent certaines à se réfugier dans les églises pour trouver l’homme idéal et là je me demande avec des mecs qui passent leur temps à raconter les choses comme Elle était en case comment s’en sortir? Et avec celles qui détruisent la réputation des femmes où on se demande Wé Ton Bébé.

Vous allez surement trouver l’article long mais il fallait que je parle de mes coups de Tam-tam, les plus résonnants. Enfant Dehors est un titre qui me parle beaucoup parce que si nous mêmes personnellement nous ne l’avons pas vécu on a quelqu’un qu’on aime qui l’a vécu et dont les blessures sont toujours ouvertes et on en conclut que c’est la raison pour laquelle il est aussi attaché à sa fille, Nubia à qui il s’adresse dans Petits bouts. Le refrain est juste trop bien. Et là il y a ce genre de sons dans lesquels on se retrouve facilement et ça rend peut-être triste mais Tu m’aimes trop est une réalité qui nous amène toujours dans les déceptions qui pervertissent notre société. Le titre Mes Elements le beat est celui que je préfère c’est le genre sur lequel on doit mettre un peu de rage sur le refrain et j’apprécie comment Bak Attak a posé la température à son couplet. Coup de Tam-Tam validé. On finit avec Mon Drapeau c’est vraiment le meilleur choix pour terminer l’album en feat avec Lord Ekomy Ndong qui a produit l’album. Mise en scène d’un frangin dont le passage en prison a changé la manière de voir la vie, enfermé injustement après Gabon 2016 dont je ne vous apprendrais plus rien. Un ton triste pour terminer mais ton réaliste qui doit nous laisser les pieds sur terre après ce voyage.

Le verdict du Village: L’album est bon dans les textes et les intrus. J’avais des doutes parce que je me disais que les gens en faisaient un peu trop à cause de leur fanatisme. J’ai détesté aucun titre mais il y en a que j’ai moins aimé. EAE reçois 8 coris/ 10. J’aurais bien mis un 10 mais j’aurais aimé que le grand donne l’occasion aux jeunes producteurs qui ne font que sortir de figurer dans sa tracklist. Tout le monde connaît déjà le niveau du grand Lord Ekomy Ndong. Ça s’est passé trop entre les grands et j’espère qu’avec son retour à l’avenir ça va changer.

J’oubliais… L’album est disponible sur G Store Music il est à 4000 FCFA seulement et vous pouvez payer par Airtel Money donc comme avec J-Rio, on donne la force au frangin qui nous met bien avec des sonorités riches et variées.

C’est tout pour ce passage à la tour de garde du Village du Bouloilou, restez connectés sur les réseaux pour d’autres moments dans notre tam-tam.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s